Avec Ned, aussi fortuné qu’attentionné, le mariage de Rose serait raisonnable. Mais la veille de ses noces, le ténébreux Mylo plonge la fiancée dans le trouble : « Au lit avec lui, tu te demanderas si cet étrange acte sexuel ne toucherait pas au sublime avec moi. »
Pendant près de cinquante ans, la sainte-nitouche est une épouse dévouée. En façade seulement. Veuve, Rose tombe le masque. Derrière les sages apparences, le marivaudage. Si Rose était épanouie, elle l’était entre un mari sécurité et un amant passionné.
Impertinente apologie de la vieillesse triomphante et de l’amour libre, Rose, sainte-nitouche a la saveur d’un bonbon anglais aigre-doux.