Le 3 juillet 1790, alors que la monarchie est en péril et l’avenir de la France incertain, Marie-Antoinette accorde à Mirabeau une audience secrète à Saint-Cloud. Ces quelques heures à la dérobée suffiront-elles au comte libertin pour renverser l’inexorable cours de l’Histoire ? Car, paradoxalement, une seule volonté anime l’orateur du peuple, élu du tiers état, celle de sauver le trône. Déployant toute son éloquence, le redoutable tribun saura-t-il rallier la reine à ses convictions ?

Duel de deux mondes, roman en costumes, L’Entrevue de Saint-Cloud illustre d’une manière saisissante la fragilité des destinées collectives.

 

Du conte social au roman en costumes

Après Un hiver avec Baudelaire, qui évoque la rencontre d’un SDF et d’un chien, vous nous transportez en 1790, pendant la Révolution française. Existe-t-il un lien entre ces deux livres ?
Philippe, le héros de mon précédent roman, est un Français ordinaire, père de famille et mari sans histoires. Marie-Antoinette est reine des Français, frivole et insouciante. Ces destins sont éloignés, mais tous deux basculent brutalement : un inexorable processus de marginalisation pour l’un, une rencontre décisive qui échoue pour l’autre. Par le récit d’une existence individuelle qui est le miroir d’un problème de société, par la petite histoire qui fait chavirer la grande, je me plais à passer de l’intime à l’universel, pour parler à tous.

L’Entrevue de Saint-Cloud est inspiré d’un fait réel. Pourquoi ne pas avoir choisi le roman historique ?
J’ai préféré écrire un « roman en costumes », qui est un voyage au cœur de l’Histoire et d’une époque, mais qui ne reprend pas les codes du roman historique. Je n’ai pas fait œuvre d’historien, mais d’écrivain qui ressuscite un monde. Un vocabulaire contemporain, des anachronismes flagrants servent mon dessein : trouver dans le XVIIIe siècle tourmenté un écho à notre époque troublée.

Télécharger le premier chapitre