J’ai l’âge des jambes des femmes que je regarde. – Bernard Chenez

Ce livre plein de fantaisie nous entraîne dans un monde onirique où la femme trône, majestueuse, parmi les nuages, les coquillages, les étoiles et les vents. Évoquant tour à tour la mélancolie, la révolte, le désir et l’espoir, le Journal sans heures dévoile les sentiments du poète, de l’artiste, de l’homme engagé, de l’amant.

Télécharger le premier chapitre