Mathilde a quitté son F3 de banlieue pour Malesaygues, un coin de paradis dans l’arrière-pays. « La qualité de vie au soleil », selon l’agence immobilière. Les habitants sont accueillants. Sa voisine, Catherine, veuve fantasque, rêve d’une croisière au Groenland. Au bout de la résidence, Laurence Besson, du service d’urbanisme municipal, se montre très serviable. Pavillon 16, les Térignac, Charles et Bérengère, semblent un peu plus coincés. Et, lotissement de La Ferme, il y a Fred, au charme particulier, qui travaille comme homme de ménage à la maison de retraite.
Fred, Mathilde, Catherine, Laurence et les autres… Ils forment une communauté chaleureuse qui aspire au bonheur. En apparence. Car il est dur à supporter, le bonheur de l’autre. Alors, parce qu’on est incapable de construire, inconsciemment, on détruit : d’abord les réputations, puis l’amour, enfin les êtres eux-mêmes.