L’héroïne de ce roman est l’héro elle-même.
Récit d’une descente dans l’enfer de la drogue de deux amants incapables d’infléchir le cours de leur destin, Candy nous plonge dans les limbes de l’esprit humain, dans les paradis artificiels.
Cette autopsie implacable des mécanismes de la dépendance reste imprévisible, drôle et tendre lorsqu’on s’y attendrait le moins, d’autant plus réaliste, et terrifiante, qu’elle nous enferme dans le monde gai et léger de l’illusion.

Première parution 26 janvier 2006.