En retraçant la vie de trois collectionneurs du XVIIIe siècle – Robert Clive, Antoine Polier et Benoît de Boigne – et le destin de leurs collections, Maya Jasanoff propose une his­toire originale de l’expansion coloniale franco-britan­­ni­que. De la conquête de l’Inde à la domination de l’Égypte, elle suit ces marchands d’art, toujours dans les bagages des armées, qui façonnèrent la vision occiden­tale de l’Orient.
Une villa de Calcutta décorée d’art européen, les lettres de l’empereur moghol dans les réserves d’un service d’archives des Alpes françaises, le nom d’un diplomate anglais gravé dans la pierre d’un temple égyptien sont autant d’exem­ples surprenants de ces juxtapositions culturelles.
Point d’orgue de la démonstration, les collec­­­tions égyptiennes que Napoléon prévoyait de rapporter à Paris, et qui échurent aux Anglais après la défaite du Caire. Les revers militaires et la colonisa­tion se mêlent ainsi à l’histoire des hommes qui ont créé les gale­ries égyptiennes du Louvre et du British Museum.