La révolte coule dans les veines de Victor. Surfeur fanfaron, bourreau des cœurs, il est un adolescent frondeur, en rébellion contre l’autorité paternelle. Ce qu’il ignore, c’est que son père a lui aussi été contestataire. Avec l’émergence du rock, Christian a délaissé un brillant avenir de mathématicien pour devenir une figure incontournable de la nuit. Connu sous le nom de M. Best, le roi des platines, il a élevé Victor au prix de sacrifices, sans reconnaissance aucune de la part de son rejeton. Quelques jours à deux au Québec sont la dernière occasion pour un père et son fils de renouer et de synchroniser leur tempo.
Plongée dans la France des années 1960-1970, de Paris à Bordeaux, non sans un crochet par le Cap-Ferret, Au nom du père, du fils et du rock’n’roll compose une mélodie nostalgique et nerveuse sur les beats de Hendrix et des Stones.

Un roman âpre, mordant et tendre tout à la fois, sur le lien de filiation.